Infos

Hommage à Ines ANGELINO In Memoriam

Revenir aux actualités

Nous avons eu le plaisir de travailler à l’Afirem avec Inès ANGELINO au sein de la commission cahiers
qu’elle avait rejointe en 2014.
Nous avons pu apprécier sa rigueur, sa curiosité, son écoute, son enthousiasme dans l’art de
transmettre et son souci de créer des liens entre professionnels.
Son intérêt pour la protection de l’enfance s’est manifesté par la publication, en tant qu’assistante
sociale, d’un ouvrage très pragmatique en 1997 : l’enfant, la famille, la maltraitance aux Editions
Dunod.
Elle a ensuite pu réaliser avant de nous quitter ce qui fut un autre de ses combats celui de faire
connaitre des femmes musiciennes, compositrices ignorées malgré leur grande valeur.
Nous espérons que ses enfants parviendront à faire éditer ce plaidoyer d’une féministe éprise de
musique.

La présidente et les membres de la commission Cahier



« Celle dont le cœur battait trop vite et qui écrivait lentement »,

Ines pensait à toutes choses ; elle était toujours en veille. Elle écoutait le monde, l’air du temps, les
gens qui passent.
Ines pensait aux gens, tous ceux qu’elle connaissait et se passionnait de le mettre en relation . Qui sait
quelles créations, et quelles initiatives, ils réaliseraient ensemble ?
Ines croyait dans le potentiel des personnes, dans le pouvoir d’agir de tous ses amis ; parfois même
au-delà de ce qu’ils se pensaient capables d’effectuer.
Elle nous maintenait en éveil, nous poussait à nous lancer, nous stimulait, nous relançait…
Et pour elle-même elle prenait son temps, soupesant chaque phrase pour qu’elle soit la plus juste
possible. Exigeante au-delà du raisonnable…
Auteure de peu de livres, chacun d’eux était et reste d’une justesse redoutable.
Son regard, son agitation précieuse et créatrice étaient une richesse. Nous allons nous sentir plus
pauvres.

Laurent OTT, Philosophe social

Réalisé par Square Glasses, agence web Symfony à Lyon