Dans : Publications

N°61 : "L'Evaluation dans tous ses états... Pourquoi faut-il en parler en protection de l'Enfance ?"

Revenir aux actualités

L’évaluation des situations de maltraitance et plus largement en Protection de l’enfance n’est pas à remettre en question sur le fond. Elle a toujours plus ou moins existé dans nos pratiques à différents niveaux :
 autoévaluation individuelle constante au quotidien, fondamentale et indispensable,
 évaluation pluridisciplinaire avec croisements des regards permettant de rendre compte des situations au plus près dans une sorte de contrat social,
 plus récemment, l’évaluation au sens plus large des politiques institutionnelles et des politiques publiques.

Alors pourquoi en reparler aujourd’hui dans une journée de l’AFIREM ?

La loi de 2007, réformant la protection de l’enfance réaffirme l’importance de l’évaluation dans un contexte sociétal, politique et économique en évolution. La loi nous propose de formaliser l’évaluation diagnostique en vue d’objectiver le jugement des professionnels et d’harmoniser les pratiques.

Comment les professionnels peuvent-ils se l’approprier et s’en saisir dans une société ne laissant pas de place à l’erreur ? Quels obstacles apparaissent sur le terrain ? Pourquoi des freins, des résistances à sa mise en place ? Les craintes et les réticences s’expriment à travers les risques suivants :
 risque de voir s’installer une normalisation une mise en conformité des situations excluant les doutes et incertitudes habituels en matière de maltraitance,
 risque de ne pas tenir compte de la singularité des situations,
 risque de contrôle et d’intrusion,
 risque de remise en cause des savoir-faire,
 risque de voir se mettre en place un outil de régulation économique « faire mieux avec moins ».

Il nous a donc semblé nécessaire de s’interroger sur l’évolution actuelle vers « une folie évaluative » généralisée dans tous les domaines, de porter un regard critique sur les grilles qui peuvent entraîner des dérives et des dérapages. L’évaluation pourrait sous certains angles devenir une fin en soi, oubliant son objet et son but.

Et pourtant comment ne pas souscrire à l’importance de rendre lisible nos décisions de pouvoir les justifier, d’expliciter les prises en charge et d’interroger en permanence leur qualité et leur adéquation avec les besoins et les objectifs fixés ? Comment ne pas souscrire à mettre fin à une certaine analyse empreinte de subjectivité ?

Il nous est donc aujourd’hui proposé de réfléchir sur l’efficience de ce que l’on fait, de retrouver du sens et de la souplesse en prenant appui sur des outils pertinents. Evaluer pour évoluer sans que la procédure ne prenne le pas sur le processus tel est l’enjeu auquel on se trouve confronté. Sous cet angle l’évaluation devient une pratique dynamique et éthique au bénéfice de la protection des enfants et des familles qui devrait interroger la légitimité des politiques sociales.


Caroline MIGNOT



Demandez nos cahiers

Réalisé par Square Glasses, agence web Symfony à Lyon